La chute de cheveux est un phénomène naturel qui touche chacun d’entre nous tout au long de la vie. En effet, nous perdons quotidiennement une centaine de cheveux en moyenne, remplacés par de nouvelles pousses. Mais une perte capillaire peut aussi être liée au vieillissement ou à des déséquilibres temporaires de l’organisme. Dans cet article, notre co-fondateur Christian fait le point sur le sujet et vous donne ses conseils pour limiter la chute de cheveux.

Chute de cheveux hormonale ou carentielle ?

Avant de vous livrer quelques conseils pour limiter la chute de cheveux, il est important de dissocier les différents types de pertes auxquels vous pouvez être confronté(e).

  • •  La perte quotidienne normale : chaque jour, tous les êtres humains perdent en moyenne 100 cheveux. Cette perte est liée au cycle pilaire — le cheveu pousse, puis sa croissance stagne, et enfin il tombe et est remplacé par un nouveau.
  • •  La perte liée à une carence passagère : il arrive que des carences de certains nutriments se traduisent par une perte de cheveux. Ce type de chute est généralement subit, ponctuel, rapide et fort.
  • •  La perte d’origine hormonale : contrairement à la chute carentielle, la chute de cheveux hormonale est lente et progressive. Elle est la cause de 90% des chutes de cheveux masculines. Chez la femme, c'est également la cause la plus fréquente — elle peut être liée à un déséquilibre hormonal passager (après l’accouchement par exemple) ou à des changements hormonaux dus à la ménopause.

Il existe enfin une perte dite "en plaques", appelée aussi "pelade". Même si les causes de ce problème restent floues, la plupart des scientifiques penchent pour les conséquences d'une réaction auto-immune. Il n'existe donc pas vraiment de traitement efficace contre ce problème et nous ne nous y intéresserons donc pas dans la suite de cet article.

En fonction du type de perte, les conseils pour y faire face ne seront pas du tout les mêmes.

Nos conseils pour limiter la chute de cheveux

Avant toute chose, je tiens à préciser qu’il n’existe pas de remède miracle pour stopper la chute de cheveux. Si vous pensez que votre situation nécessite un traitement médicamenteux, je vous invite à contacter un professionnel de santé qui pourra vous aiguiller vers les produits les plus pertinents.

Ceci étant dit, voici mes conseils pour limiter la perte de cheveux, valables pour tous les types de chutes présentés précédemment, sauf la pelade qui, comme je l'ai dit, est un cas à part.

Choisissez des produits capillaires doux

Pour garder une chevelure belle et dense, il faut privilégier un entretien à l’aide de produits doux pour votre cuir chevelu et vos longueurs. Ainsi, je vous conseille de miser sur des produits certifiés bio pour laver, démêler, nourrir et coiffer vos cheveux. Formulés à partir d’un cahier des charges qui interdit les ingrédients controversés (comme les silicones ou le laureth sulfate par exemple), ils vous aideront à prendre soin de vos cheveux sans les agresser ni les affaiblir.

Dans la même logique, je vous recommande de limiter au maximum les traitements pétrochimiques, comme les colorations permanentes, qui fragilisent énormément les cheveux, notamment si elles sont réalisées régulièrement.

Ayez une hygiène capillaire irréprochable

Nous en avons déjà parlé dans notre article sur la chute de cheveux après l’accouchement, mais il me paraît important de le répéter. Lorsque l’on perd ses cheveux, il est indispensable de se laver les cheveux régulièrement avec des produits doux et si possible anti-chute.

Contrairement aux idées reçues, les lavages fréquents ne vont pas augmenter les pertes, ils vont au contraire permettre de nettoyer le cuir chevelu en profondeur, éliminer le sébum, les peaux mortes et les pellicules (le cas échéant) et favoriser l'oygénation des bulbes qui vont ainsi mieux profiter des nutriments véhiculés par le sang.

Au moment du lavage, profitez-en par ailleurs pour vous octroyer un petit massage du crâne ! En massant pendant quelques minutes votre cuir chevelu lors de l'application du shampooing (ou de l'après-shampooing, si vous en utilisez un), vous améliorerez la microcirculation sanguine, elle aussi essentielle pour le transport des nutriments nécessaires à la vigueur des cheveux.

Nourrissez vos cheveux avec des actifs anti-chute

Outre le lavage en douceur, il est crucial d’apporter de la nutrition à vos cheveux par le biais de produits de soin dotés d’actifs anti-chute. Les cheveux fins et fragilisés ont en effet tendance à tomber plus facilement que les autres.

En la matière, les plantes comme l’ortie et l’épilobe sont recommandées par de nombreux naturopathes, comme par exemple Daniel Gramme, le fondateur de Boutique Santé.

Optez pour des accessoires qui ne tirent pas les cheveux

De manière générale, il faut bannir les accessoires qui ont tendance à tirer sur le cheveu et peuvent donc favoriser sa chute.

Pour le démêlage de vos cheveux, je vous recommande d’investir dans un peigne à larges dents plutôt qu’une brosse classique. Le peigne va démêler de façon plus douce en tirant moins sur les cheveux. Par ailleurs, lorsque vous démêlez vos cheveux, procédez toujours de la façon suivante : d’abord les pointes, puis les longueurs et enfin les racines.

Pour vos coiffures, je vous conseille aussi de bannir les élastiques qui ont eux aussi tendance à tirer sur les cheveux.

Important également : pensez à laver régulièrement vos accessoires sur lesquels peuvent se déposer diverses impuretés.

Chute de cheveux : quand s’inquiéter ?

Comme nous le disions en début d’article, nous perdons tous une centaine de cheveux en moyenne chaque jour. Cette perte est parfaitement normale, c’est le fonctionnement classique du cycle pilaire.

Toutefois, il faut conserver en tête que le nombre de cycles capillaires est limité — environ 30 cycles pour toute la vie. Aussi, si vous constatez que votre chute s'installe dans le temps (plus de 6 mois) et/ou qu'elle s'aggrave, alors agissez rapidement avant de ne pas épuiser en seulement quelques années tout votre capital-cheveux restant. N'hésitez pas à consulter un spécialiste — de préférence un dermatologue — qui pourra analyser la situation et vous orienter le cas échéant vers les meilleures solutions.

Copyright © Laboratoires Science & Équilibre - 2022